Japan

Les premières éditions des volumes de Kimetsu no Yaiba atteignent des prix exorbitants

Sur un forum de commentaires japonais populaire, les utilisateurs ont signalé que les premières éditions du manga écrit et illustré par Koyoharu Gotouge, Kimetsu no yaiba, ont atteint des prix exorbitants atteignant plus de 60 000 yens (environ 576 $) pour le package complet d’environ 18 volumes ou plus.

Il est courant que les « premières éditions » obtiennent une valeur plus élevée sur le marché, car elles ont tendance à offrir un contenu curieux avant la révision de la première réimpression. Ce n’est pas quelque chose d’exclusif aux mangas, car les fans de bandes dessinées savent aussi que les premières éditions (en particulier le premier numéro d’une série) auront toujours une très grande valeur sur le marché.

De son côté, Koyoharu Gotouge a commencé à publier le manga dans le magazine Saut Shonen hebdomadaire de l’éditeur Shueisha en février 2016 et l’a finalisé en mai 2020. L’éditeur a publié le vingt et unième volume de compilation le 3 juillet au Japon, et le vingt-deuxième le 2 octobre.

Résumé de Kimetsu no Yaiba

A l’ère Taisho au Japon, Tanjiro Kamado est un garçon gentil et intelligent qui vit avec sa famille dans les montagnes. Tanjiro est devenu le chef de sa famille après la mort de son père, se rendant constamment dans le village au pied de la montagne pour vendre du bois de chauffage et du charbon de bois.

Cependant, sa vie change lorsqu’un jour, rentrant chez lui après avoir passé une soirée, il découvre que sa famille a été tuée par un démon. Tanjiro et sa sœur Nezuko sont les seuls survivants maintenant, mais elle a été transformée en démon, même si, étonnamment, elle affiche toujours des émotions et semble avoir le sens de la raison. Après une rencontre avec Giyuu Tomioka, un chasseur de démons ; Tanjiro décide de devenir un chasseur de démons pour traquer le tueur de sa famille et trouver un moyen de ramener Nezuko à la normale.

La source: Yaraon !

© 峠 呼 世 晴 (著) / SHUEISHA 英 社

Akira

Il n'y a pas de honte à être faible, la honte est de le rester.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page